Ma boîte à outils
Accueil du site > Pack logiciel pour PC > Memo sur la vidéo

Memo sur la vidéo

mercredi 29 avril 2015, par Christophe Gaufichon

Impossible de gérer les fichiers vidéo et audio sans quelques outils afin de les exploiter sur les différents matériels nomades. De plus la publication sur Internet demande parfois des formats et des conteneurs particuliers.

Les conteneurs

Vous les connaissez forcément puisqu’ils apparaissent sous la forme d’extensions dans la liste de fichiers multimédia que vous possédez sur votre ordinateur. Ils intercalent la vidéo et l’audio et encapsulent souvent des pistes de sous-titres ou de chapitrage ainsi que les meta-informations du fichier (titre, auteur, date ...) et éventuellement des DRM (Digital Rights Management).

Principaux conteneurs
Nom Extension Propriétaire Normes et Codecs associés
Advanced Streaming Format asf Microsoft WMA, WMV, MPEG4 ...
Audio Video Interleave avi Microsoft
Flash Video flv et f4v Adobe H.264, VP6, PCM, MP3
Matroska [1] mkv, mka, mks, Matroska DivX, XviD, H.264, Theora, VP8, Vorbis, AAC, MP3, AC3, DTS, PCM, FLAC, SubRip, VobSub, ...
MP4 mp4 et m4v ISO H.264, MPEG-4 AVC, AAC, dérivé de Quicktime
MPEG PS/TS mpg et mpeg MPEG
Ogg ogg, oga, ogv, ogx Xiph.org Theora, Vorbis, FLAC, Speex
QuickTime mov Apple MPEG-1, MPEG-2, MPEG-4, H.263, H.264, AAC, 3GPP, ...
VOB vob DVD forum
WebM webm Google VP8 Ogg

Les outils pour gérer tout cela

Pour visualiser tous ces formats sur un ordinateur, je ne passe que par la valeur sûre VLC (projet originel de l’école centrale Paris), logiciel libre qui constitue non seulement un lecteur générique efficace mais permet aussi l’encodage.

S’il est besoin de développer de nouvelles fonctionnalités vidéos, c’est le framework FFmpeg qui me parait le plus approprié. FFmpeg est une des principales structure logicielle multimedia (Framework multimedia), permettant le décodage, l’encodage, le transcodage, le multiplexage, le démultiplexage, la génération de flux, le filtrage et la lecture. Il supporte les formats les plus anciens comme les plus récents, qu’ils fussent créés par quelque comité de standardisation, la communauté ou une entreprise. Il contient les bibliothèques ( libavcodec, libavutil, libavformat, libavfilter, libavdevice, libswscale et libswresample) qui peuvent être utilisées par les applications tout comme ffmpeg, ffserver, ffplay et ffprobe qui sont à destination des utilisateurs finaux pour transcoder, émettre un flux ou lire un fichier multimedia. Le projet FFmpeg essaie de mettre à disposition la meilleure solution technique possible pour les développeurs d’applications et les utilisateurs finaux en combinant les meilleurs options disponibles du logiciel libre. Nous privilégions au sein de notre propre code de garder les dépendances vers les bibliothèques de bas niveau du système et de maximiser le partage de code entre les différentes parties de FFmpeg. Dans le cas où la meilleure réponse ne peut être déterminée, l’utilisateur final possède le choix des options. [2]

Pour convertir ou transcoder les fichiers vidéos, j’utilisais encore il y a peu Format Factory, mais ce logiciel propriétaire gratuit est aujourd’hui financé par des ajouts de barres qui viennent polluer vos navigateurs et donne une porte d’entrée pour l’infiltration de multiples indésirables (sous Windows en tout cas). Donc je me suis tourné vers de vrais solutions libres telle MiroVideoConverter ou handbrake qui permettent de faire efficacement le travail sans les désagréments publicitaires.

Une autre solution s’intègre directement à Firefox par le biais d’une extension. Firefogg propose des pré-réglages pour les novices, sans vous empêcher de jouer sur le bitrate, la résolution, la qualité etc ... tout cela au format OGG theora pour évidemment une intégration web.

Pour en finir avec la vidéo, c’est souvent la bande son qui pêche. Et là, rien ne vaut Audacity que vous irez chercher à la source sur sourceforge. N’oubliez pas l’encodeur MP3 disponible sur lame project et à rajouter à Audacity lors de votre premier export vers ce format.

Pour conclure

Plus rien ne vous arrêtera dans la mise en ligne ou la lecture de vidéo sur vos différents matériels après quelques petites conversions.

P.-S.

Sources : sites Internet cités dans l’article, livre "HTML5 Une référence pour le développeur web" de Rodolphe Rimelé.

Notes

[1] Grand concurrent de l’AVI aujourd’hui.

[2] Traduit du site FFmpeg

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0